L’arbitre, un être humain avant tout

Le documentaire Les arbitres réalisé par Yves Hinat, Eric Cardot et Delphine Lehericey, montre un aspect différent du football : les arbitres. Nous les suivons en plein cœur d’une compétition, l’UEFA 2008, où nous voyons l’avant, le pendant et l’après match, ainsi que leurs familles. Un film complet où le juge de terrain est montré comme un être humain qui peut faire des erreurs.

 

L’erreur est humaine, et les arbitres ne sont pas des robots : voici les principaux traits qui ressortent du documentaire. Souvent contesté, l’arbitrage est une discipline qui n’en fait pas rêver beaucoup. Constamment critiqués pour leurs coups de sifflet, Les arbitres tente de nous expliquer ce moment important : la prise de décision. Que faire ? Une question qui se répète tout au long du match entre l’arbitre principal et ses adjoints. Qu’il fasse erreur, ou non, il doit prendre de nombreuses décisions, le « je ne sais pas » n’est pas admis. Il est le seul juge d’une faute.

 

Cette prise de décision est dure car elle est cruciale : elle peut renverser le cours du match. Mais quand savoir si l’on a raison ou tord ? Ce que note bien ce documentaire est que les arbitres et leurs adjoints ne sont jamais sûr à 100% avant de prendre leur décision. Ils discutent constamment pour s’expliquer, souvent de façon brève, et une fois la délibération prise, il faut s’y tenir. Leur choix se fait en fonction de ce qu’ils ont vu, et aussi de leur instinct. Mais placés à des endroits distincts, la faute peut être différemment interprétée. Ce choix est donc subjectif… d’autant plus que l’arbitre est un être humain, et qu’il ne peut faire de zoom ou de replay sur une action, comme peuvent le faire les vidéos.

 

Lors du match Pologne-Autriche, le premier but aurait dû être refusé car il y avait eu un hors-jeu. L’arbitre de touche n’a pas fait attention à ce moment là, et le but a été accordé, par manque d’information et donc par une décision prise à l’instinct. Ce genre de moment montre la fragilité de l’humain par rapport à la technologie, qui aurait permis de voir ce hors-jeu. Cependant, les arbitres ont pris une décision sur le moment : ce n’était pas la bonne, et ils la verront plus tard en debrief, mais l’important dans ce genre de moment est de ne pas laisser place au doute. Sur le deuxième but de ce même match, une nouvelle polémique : pénalty ou pas pénalty ? Le documentaire montre la communication, des points de vues entre les différents juges de terrain, et l’assurance de l’arbitre principal qui affirme, grâce à ce qu’il a vu, qu’il y a pénalty. Voici le vrai rôle de l’arbitre, prendre une décision et s’y maintenir, même s’il fait une erreur… et quoiqu’en soit les conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *