Coldplay, nouvel opposant du streaming gratuit ?

coldplay-groupe

Le groupe Coldplay a annoncé depuis peu la sortie sur Spotify de son nouvel album, « A Head full of Dreams », paru il y a une semaine. La polémique s’installe sur ce léger retard, et relance le débat sur la rémunération des artistes via ses plates formes de streaming gratuits.

 

Depuis la sortie de leur nouvel album « A Head full of Dreams », il y a une semaine, les fans de Coldplay attendaient avec impatience sa mise en ligne sur les sites de streaming gratuits, tel que Spotify : et c’est pour ce vendredi !

L’album déjà en vente dans tous les magasins, et sur les sites payants Apple Music et Tidal (nouveau service développé par le rappeur Jay-Z), a su se faire entendre. Les Britanniques ont choisi de décaler la sortie sur les streaming gratuits, afin de maximiser leur profit, en privilégiant la vente des CD. Mais, ils n’en sont pas à leur premier coup. Rappelez vous lors de leur précédent album, Ghost Stories, les fans avaient dû attendre quatre long mois avant de le voir publié gratuitement. Heureusement, cette fois le retard est très léger.

 

Des oppositions au streaming de plus en plus fréquentes

Les artistes s’opposent de plus en plus au streaming gratuit, qui ne rémunère pas assez selon eux. La première artiste à dénoncer cela est Taylor Swift. Lors de la sortie de son album « 1989 », il y a un an, la jeune femme avait refusé son apparition en streaming. Elle s’estimait financièrement lésées à cause de ce nouveau mode de diffusion. En juin, elle avait tout de même proposé son album à Apple Music après les avoir fait plier à ses exigences, c’est-à-dire la hausse de la rémunération. Plus récemment, c’est Adèle qui suit le mouvement. Son dernier album, 25, sorti le 20 novembre dernier, considéré comme un des plus influant de l’année, voire de la décennie, est proposé uniquement à la vente. Ainsi, il faudra passer par Apple Store ou bien acheter le CD en magasin pour écouter tous les morceaux de ce nouvel album. La jeune chanteuse refuse la diffusion de ses derniers morceaux sur Spotify, Deezer ou Apple Music. Cela fait alors considérablement augmenter le nombre de ventes, mais aussi de piratages… Vrai combat ou simple coût marketing ?

 

 

Combien sont-ils rémunérés ?

Chaque morceau présenté dans les plates formes de streaming gratuit a un prix. Lors de leur écoute, l’artiste est rémunéré. C’est donc une rémunération à l’écoute. En moyenne, 0,0001 euros est versé par écoute gratuite et 0,0003 euros par écoute payante. Les écoutes gratuites étant financées par la publicité, et les écoutes payantes par les abonnements. C’est d’ailleurs pour cela que les streaming gratuits usent de la publicité pour faire vendre le plus d’abonnement possible, et ainsi augmenter la rémunération des artistes. Prenons l’exemple de Spotify : le Suédois verse en moyenne, cela dépend du morceau et de sa popularité, 0,0005 euros par titre écouté. C’est-à-dire que lorsque le morceau atteint un million d’écoutes, l’artiste est payé 5000 euros.  Mais le véritable problème, hormis le fait que « les artistes ne touchent pas assez dans le cadre d’une écoute gratuite », comme le reconnaît Simon Baldeyrou, directeur général délégué chez Deezer, au journal Le Monde, c’est le cheminement de l’argent entre artistes et producteurs. En effet, l’argent versé par les plates formes de streaming n’entre pas directement dans les poches de l’artiste, bien au contraire. Ce sont d’abord les producteurs et les maisons de disques qui perçoivent l’argent, puis selon leur contrat, reversent plus ou moins 10%, dans la plupart des cas, à l’artiste.

 

Voici Adventure Of A Lifetime extrait du nouvel album de Colplay, « A Head full of Dreams » : https://www.youtube.com/watch?v=QtXby3twMmI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *